Cats in windows

Les cassettes maintenant.

Carl Matthews « Aksu » (Keep tapes alive)
Le cosmos coule dans ton corps. Le plus beau voyage est le voyage intérieur. Volutes électroniques d’une galaxie lontaine. D’une beauté troublante.

Total Control « Totally cunted » (Autoproduction)
La K7 des singles et raretés, sortie lors de leur récente tournée européenne. Outrages à gogo. Punx & Skins. Et même un peu de jazz en liberté. Killer.
totallycunted

Tarzana « Pacific Citi » (Pacific City Sound Vision)
Dans la jungle belge. Drum pads et rêves tropicaux en pleine déliquescence. Assez intriguant quand même.

V/A « Australian musical compilation series – Cassette Club 3 » (Moontown)
Electro un peu booty mais pas que, en provenance du pays des kangourous. Plein de nouveaux noms prêts à en découdre sur le dancefloor. Dans moins d’un an, ils auront tous signés sur Not Not Fun, alors ne tardez pas.

Soviet Pop « Dialogue » (Goaty Tapes)
Bricolages synthétiques et chant dépressif. Des petites montagnes de drogueries à l’intérieur, c’est assez réussi. Incident diplomatique presque majeur.

Banana Head « Phones the public » (Goaty Tapes)
Echos lointains d’une île bientôt cachée sous la mer. Pop électronique enfouie dans un sablier géant.

Touch of poison « Moat » (Goaty Tapes)
Murmures sur tierces mineures dans un couloir de la gare de Gand. Des pointillés qui vont bouillir dans notre inconscient. Avec la force du poison.

Ignatz « I live in a utopia » (Goaty Tapes)
Superbe folk blues de derrière le décor. Sous pochette noire.

Goat Bath Eternity « Downers » (Goaty Tapes)
Glam électronique et rock régressif pour un moment de qualité dans une caverne humide déclassée par les monuments historiques.

Club Sound Witches (Goaty Tapes)
Machineries traversées par le Sahel, filet de voix intercepté par le Malin, Club Sound Witches est disponible pour un récital maléfique sur invitation strictement personnelle.

11ième étage « Insomnie » (Les disques rayures)
Deux notes pour sauter dans le vide. Un saxophone comme parachute. Entre yéyé dépravé et no-wave baveuse. Sur le fil d’un larsen, un groupe qui tisse sa toile.

F ingers « Trilogy: they got the best heart » (Autoproduction)
Dub de basse et voix qui file dans les interstices de la réalité. Culture de la répétition. Hypnose en or.

Gad Whip « Take the red eye » (Autoproduction)
Patchwork à l’anglaise. Punk débridé et nappage spoken-word. Pourquoi pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s