Eastlink « Mullum Mullum »

EastlinkEastlink « Mullum Mullum » LP (In The Red)

Voilà un moment que je rumine ce disque, que j’admire sa construction, son engagement. Des australiens, ça ne vous suprendra pas, les meilleurs groupes du moment viennent de là-bas. Une nouvelle fois la composition du groupe est le symbole de l’effervescence musicale actuelle aux antipodes: un Al échappé de Dick Diver/UV Race/Total Control, un Ben qui joue aussi dans Repairs, un Lee qui joue aussi dans Lakes ainsi qu’un Zephyr et un Johann dévoués entièrement à la cause Eastlink. Les présentations sont faites, attaquons. Attaquons fort même avec le morceau « What a silly day (Australia Day) », une brûlerie stoogienne sale et désabusée, refrain minimaliste en lalala, solo fouettard et un bon gros « burn the flag » pour finir. S’en suit un « Gina » psychedelico-bruitiste qui chatouille l’échine avec insistance. Les déviances ne s’arrêtent pas là puisqu’on glisse alors dans le troublant instrumental « Dinner chat » (« why’d you say that » précisent-ils dans l’insert), une longue montée dans les strates de l’esprit qui semble construite autour des inépuisables rondes d’une mouche en quête de m….. On se fraye un chemin dans les interférences, on frise du larsen sous un soleil de plomb jusqu’au cliquetis du locked groove de notre imaginaire. On flip et le sax souffle-introduit un morceau de désaxé, « Over Time », du scabreux dans les arrêts de jeu, du sursis avant le vol plané dans le ciment frais. S’en suit une ébouriffante descente tout en deux-accords mineurs et un détour dans une arrière-cour parcouru de spasmes d’antiques boîtes à rythme. Du rythme justement, il y en a beaucoup sur « Spring Street », une marche sauvage pour aller faire tomber des têtes à Canberra. « Thatcher’s dead » qui clôt le disque tout en accord lâchés à la poursuite d’un monde qui s’enterre lui-même est beau comme la tête de Margaret qui roule sur l’échafaud. Voilà un groupe qui déchire la toile du monde de sa plus belle lame. Le couteau n’est plus à « mi-chemin de ses rêves ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s