La vérité dans les vasques

oscarmunoz

Je ne saurais trop vous conseiller l’exposition consacrée à l’artiste colombien Oscar Muñoz au Jeu de Paume (jusqu’au 21 Septembre). Son travail « protéiforme » (pour citer le terme officiel) mélange allègrement photographie, gravure, dessin, vidéo, sculpture, installations. Ses oeuvres représentent une réflexion poussée sur la photographie, la mémoire des images, la mémoire tout court, le temps, la disparition, la fragilité permanente de notre présence au monde. Pour ce faire, Muñoz fait preuve d’une ingéniosité incroyable, multipliant les procédés novateurs qui font parfois apparaître fugitivement des silhouettes ou des visages souvent menacées par l’eau, élément aussi incontournable que symbolique. Impressions sur eau, sur des rideaux de douche, portraits révélés par le souffle du spectateur…Muñoz nous implique souvent dans son univers et nous interroge sur notre rapport aux images, à la brutalité des villes, à l’éphémère, à la disparition.

La disparition est une réalité: tous les jours le temps transperce nos cellules et, plus tristement, tous les jours les paradigmes de développement des pays industrialisés s’avèrent un peu plus désastreux. Sur ce point et malgré tous les discours et bonnes intentions, l’inévitable inertie des systèmes assure notre perte. La disparition est là, inscrite dans nos corps et dans notre Terre. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut rien y faire…

Ce contenu a été publié dans Non classé par Max Dembo. Mettez-le en favori avec son permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s