Le bateau, n’importe lequel

On se croise comme des ombres. Il n’y aurait que la volonté pour nous rendre visibles. Mais la volonté n’est-elle pas un énième faux-semblant? L’ère est à la simulation et la dissimulation, on en a déjà parlé ici. Et la volonté, on en reparlera, là je ne veux pas.

J’aurais pu vous causer de mon déménagement. Mais non, ça n’a pas d’intérêt.

Je ne mettrai donc que ce morceau que j’écoutais dans le train ce matin:


Trente minutes plus tard, il y avait un train pour Marseille. Après j’aurais pris le bateau. N’importe lequel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s