Grosse fatigue

Par delà l’alternance prosaïque/poétique, trouver le rythme. Ne pas oublier les oiseaux exotiques empaillés. Chercher la source. Penser aux Last Poets.

Ce qu’il manque: exploser un par un tous les cadenas de tous les ponts de Paris.
Parce que l’infini commence par la fin de l’accumulation et du graal de l’émotion.

« Grosse fatigue » de Camille Henrot. C’est en ce moment à Paris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s