Ghost Ghost

Nouveau tour rapide de ce qui tourne sur ma platine depuis quelques semaines…

D’abord amis du weird punk et autres glue-wave, réjouissez vous voilà enfin le premier 45t des Jacuzzi Boys sur Florida’s Dying. Dans un état d’esprit assez proche de Wizzard Sleeve et TV Ghost – bien qu’assez différent musicalement – le premier titre de ce joli vinyl marbré couleur pastèque est tout simplement le hit « Ghost Ghost ». La guitare haut perchée fricote allègrement sur un tempo assez lent et la voix un tantinet étouffée parvient à créer subreptiscement des visions de fantômes déambulant dans les marécages de Floride. « Age of the Giant Jellyfish » sonne un peu plus garage et tisse quelques liens en vrac avec leurs comparses des Black Lips. Enfin « Komi Caricoles », sompteuse dérivation de 13th Floor Elevators épaissit le mystère d’ impromptues accélérations/ralentissements de tempo. Excellent 45t!!!

Le duo londonien Lot Lizards sort lui un 45t, produit par Lemmy Caution de Black Time, sur le label rouennais Yakisakana. « Nightmare Creep » donne le ton avec son orgue d’outre-tombe entre Motorama et les Headcoats et avec un double chant masculin/féminin particulièrement tranchant. La face B remporte le gros lot avec un titre dans la lignée des Los Raw Gospels, groupe parallèle du sus-cité Lemmy. Un solide premier single et un groupe à découvrir, je l’espère, bientôt sur une scène par ici.

Le groupe canadien CPC Gangbangs frappe un grand coup avec son nouveau single sur le label de Perpignan Profet Records. « WWIII » est tout en retenu comme un hybride soufflant de Bob Seger et du MC5. Un long buzz parcourt ce morceau sur la corde raide qui donne le ton du disque. Le « Bad Complexion » de la face B rapproche le groupe des proto-punks futuristes d’Human Eye et le « Bermuda Buzz », instrumental pre-apocalyptique sur fond d’ébats bruyants, clôt parfaitement ce single.

Toujours sur Profet, les Demon’s Claws reviennent avec un convaincant 45t présentant deux titres de leur dernier album dans des versions inédites. Posant sur la couverture avec d’énormes poches sous les yeux et dans le corps probablement plus de route qu’un trucker en pre-retraite du Kentucky, le groupe persiste judicieusement sur des routes country punk blues aussi boueuses qu’evocatrices. La face B « Hunting on the 49th » est notamment un des hits de leur set live!

Le fabuleux duo bordelais Magnetix, lui aussi perpétuellement sur la route, signe un nouveau single puissant sur Nasty Product. Deux nouveaux titres – une fois de plus enregistrés par le toulousain Lo’Spider – dont un « Something About You » phénoménal, avec un son plus 60s qu’à leur habitude. Dans ces moments là on se dit vraiment que tout y est et que les Magnetix sont largement du niveau des Dirtbombs et autres combos première classe d’Outre-Atlantique.

Originaires de Chicago SYZ (ex-Screaming Yellow Zonkers) sort un single sur le brûlant label Hozac. Le son est massif, l’ambiance psychotique comme dans les meilleurs moments de leurs contemporains zélés de Nothing People et les coups de guitare sont autant de coups de couteau à la Functional Blackouts, catclysmique groupe punk local aujourd’hui disparu. Et là j’apprends que les SYZ comptent dans leurs rangs des anciens membres des Krunchies et de Vee Dee proches du groupe sus-cité (tous sur le label Criminal IQ) et tout s’explique. Sombre, urbain, gastrique, ce « Complicated » vous retourne le buffet avec une rage peu commune. »Bassy », plus enjoué et avec un chant féminin évoque d’autres locaux, les tout aussi regrettés Tyrades. Enfin « Moutain in moon » cherche la lune dans les graves et laisse dérailler les guitares en pleine nuit. Excellent 45!!

Et puis restons un instant dans le son punk-rock de Chicago avec les Daily Void – qui pour le coup sont vraiment les ex-Functional Blackouts – et qui sortent un disque (sur le label Boom Chick) enregistré dans un grand nowhere au Nebraska. On retrouve avec bonheur l’énergie peu commune des FB, notamment sur un « Mass Communication Culture » qui fera date et que j’espère avoir la chance de voir joué sur scène un jour.

Dans un style tout à fait différent, le groupe canadien Crystal Castles sort un nouveau single sur Trouble Records. Précédés d’une très envieuse réputation scénique le groupe invente une sorte de Nintendo-core soit une electro-bricolo aux basses hyper-écrasées et à la voix passée au mixeur, le tout sur des rythmiques mid-tempo proto-disco. Ponctuées de mini-mélodies en forme de bonus Mario Bros et d’effets laser à gogo, « Crimewave » étonne. Mais c’est avec la face B au titre imprononçable (« XxzxcuZx Me ») qu’on retrouve la frénésie acide de leur hit « Alice Practice » qui m’avait retenu l’oreille à l’origine. A suivre pour peu qu’ils ne tombent pas dans un pot de gel.

On poursuit avec l’incontournable projet Blank Dogs et son nouveau 12″ sur Sacred Bones, « Diana (The Herald) ». Entre cold psych et synth-punk minimaliste à l’allemande (lignée Kassettentäter et rééditions de Vinyl-On-Demand) Blank Dogs se fraye une fois de plus un chemin bien à lui. Mais sur plusieurs titres de ce disque l’inspiration semble parfois manquer et il frite même avec une new wave un peu baveuse. Heureusement « Scenes From A New Town » reprend le flambeau avec brillance et on constate que c’est finalement dans une obscurité synthétique particulièrement dense et quasi-gothique que Blank Dogs trouve la lumière et le petit plus qui le distingue nettement des autres.

Voilà ensuite deux disques en provenance de Nice (l’un sur le label Trash Mondain, l’autre sur Frantic City) qui atterrissent sur la platine, preuve d’un certain renouveau de la scène garage punk de là-bas. D’abord le trio féminin Dead Clodettes et leur merveille de DIY punk rock lignée Blank Students/Prats et autres hits estampillés ‘Messthetics‘. La guitare sonne le seau et la « Sueur coule » inévitablement sur la face B, gigantesque hit qu’on n’est pas prêt d’arrêter de se repasser. L’autre groupe niçois a faire l’actualité c’est Veines, trio de briscards qui n’en sont plus leurs premiers faits d’arme. Pour ce nouveau projet ils optent pour un punk old-school chanté en français et lorgnant vers les belles heures de Skydog et des groupes comme Abject, Dentiste ou Asphalt Jungle. « Partie fine sous cocaïne » donne le ton d’entrée et « Harcèlement sexuel » avec son côté lo-fi à des faux airs de Rip Offs/Dragueurs (du Jon Von quoi). « Adhésion Soumission Promotion » remporte le titre du meilleur titre mais c’est « Reste chez toi » qui me semble au final le plus accrocheur sur ce EP prometteur qui aurait gagné à être un peu plus ramassé et concis. Je serais en tout cas curieux de les découvrir sur scène.

Terminons à l’américaine avec les Coathangers, un groupe de filles d’Atlanta proche des Black Lips. Si proche que c’est sur leur label, Die SlaughterHaus, que sort ce coriace single qui révèle les nombreuses facettes du groupe entre harmonies pop et furieux uppercuts punk aux vocaux déchirés. Il me semble bien que leur LP vient de sortir, je vais essayer de me le procurer!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s