Bal Muzak

J’ai déjà vu plusieurs fois les Lawrence Wasser. C’est un groupe à géométrie variable – je crois que c’est comme ça qu’on dit quand on voit des nouvelles têtes de temps en temps – et les concerts s’en ressentent parfois. Samedi à la Flèche d’Or ils terminaient une série de concerts – sur plusieurs semaines mais dans ce même endroit pourri. D’aucuns leur reprochent l’utilisation abusive du hi-hat mais moi je constate surtout que Lawrence est un excellent batteur. Leur disco mutante et toujours sur la brêche pourrait devenir putassière mais les influences noise, clairement perceptibles dans les prouesses du guitariste Regis Victor, permettent au contraire de maintenir un étrange équilibre doux-amer. Ils se rapprochent ainsi dans leur démarche de James Chance, Gang of Four ou Arab On Radar. Ce qu’on peut leur reprocher c’est peut-être la similarité entre beaucoup de leurs compos qui sont construites de la même façon. Mais pour peu que la formation du groupe se stabilise un peu et qu’ils prennent le temps d’écrire de nouvelles chansons, on pourrait bientôt leur tirer bien haut le chapeau. N’en déplaise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s