Born again in Birmingham



J’ai d’abord cru qu’il n’y aurait personne. Premier groupe insipide. Deuxième groupe passable. Et la Flèche d’Or bien vide. C’est vrai que l’accueil et les tarifs sont pour le moins rebutants. Mais tiens voilà d’un coup 6 personnes que je connais. Joie! Des amis qui arrivent pile pour le début du concert des Nightingales. Et quel concert!!! Comprenant 3 ex-Prefects, groupe post-punk anglais de la fin des années 70 aussi cru que méconnu, et flanqués depuis peu d’un jeunot brillant à la deuxième guitare, les Nightingales enchaînent pendant une trentaine de minutes des plus intenses des brulôts mêlant punk rock, glam et kraut. Incrédules, on se frotte les yeux, on s’interroge. Les disques du groupe n’ont pourtant – pas encore? – la force dévastatrice des Prefects. Oui mais là, en concert, le son est bien différent. Un set intense, brûlant et un Robert Lloyd charismatique. Coinçé entre des groupes médiocres les Nightingales auraient aimé pouvoir jouer plus longtemps. Mais peu importe, ils ont « enfin joués à Paris ». « Et maintenant j’ai envie de revenir » me confie le fort sympathique Robert, tout aussi sympa que le reste de sa bande. Une formidable surprise au plein milieu de l’été. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s