Flash

 

Le 16 Juin dernier, une nouvelle soirée Born Bad était organisée au Point FMR. Un programme garage chargé et attendu. D’entrée on assiste au retour de Dèche Dans Face, infamous duo bordelais créé dans les années 90 et récemment reformé en région parisienne. Nico, le frétillant batteur, ne se contente plus d’une batterie bricolée avec des caisses de vin. Le voilà passé maître d’un instrument qu’il surplombe avec une agilité et une énergie peu communes. Il faut dire que pendant plusieurs années il a brossé et claqué régulièrement au sein du groupe Flytrap et de nombreux autres combos. Decheman, son complice à la guitare et à l’orgue, a tenté une aventure solo et fricoté avec les Soledad Brothers. Ils reviennent avec un groove tenace et étonnant qui s’immisce dans un entrelas garage-blues vibrant. Leurs chansons sont parcourues de secousses permanentes et d’un enthousiasme qui rappelle à la fois Bob Log et Mister Quintron. Un set enlevé et convaincant qui donne envie de revoir le groupe bien vite.

Vient ensuite les Magnetix, autre duo d’origine bordelaise, particulièrement gonflé à bloc. Moins groove que Dèche Dans Face mais plus flash punk, le groupe surfe sur des décharges électriques, stridences magnétiques et autres fulgurances aveuglantes. Du garage feu d’artifice avec comme bouquet des moments magnifiques comme celui où Looch fait rugir sa guitare comme une moto en la mimant, ceux où Agnès s’incruste dans ce boucan comme une panthère ou encore ce morceau où ils invitent Nico Dèche au saxophone. Très très grand concert.

Les Boston Chinks, groupe garage un peu poussif de Memphis dont certains musiciens accompagnent Jay Reatard sur cette tournée, font ensuite un petit set qui jette un froid tant il semble sans relief par rapport à ce qui venait avant. Echauffés malgré tout ils se lancent ensuite avec Jay Reatard dans un concert qui reprend principalement l’album de ce dernier sorti l’an passé. Jay a toujours la hargne qu’on lui connaît et qui l’a portée, notamment dans ses aventures avec les Reatards (je me souviens d’un passage particulièrement époustouflant au Pit’s). Il attaque chaque chanson commme si c’était sa dernière. Le problème est que derrière les autres rament et peinent à se mettre à son niveau. Du coup comme le concert est bref, une trentaine de minutes, on reste sur une impression particulièrement mitigée et on se dit que les Magnetix ont mis la claque de la soirée.

Ci-dessous une petite vidéo tournée par Vibra Vinz.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s